Objet : violence et mépris du gouvernement.

Les Jeunes Socialistes regrettent le recours à l'article 49.3 de la Constitution sur la loi travail, qui revient à priver ce texte aux conséquences majeures pour les droits des salariés, de débat parlementaire.

 

Au delà de l'opposition à de nombreuses dispositions de cette loi et à son esprit général, nous regrettons l'usage d'une disposition constitutionnelle que toute la gauche a, par le passé, jugé brutale et peu démocratique. Alors que la parole politique, et singulièrement celle de la gauche, souffre d'une profonde défiance, une telle décision affaiblissant le rôle du Parlement nous semble inopportune.

 

Cette loi travail contredit nos engagements électoraux récents et marque plusieurs ruptures avec le message et les valeurs portées par la gauche depuis des décennies. Elle fracture profondément notre famille politique, nos parlementaires, et nos électeurs dont beaucoup ont manifesté leur hostilité au projet. Elle ne sera, en outre, pas efficace pour réduire le chômage, de l'aveu même de l'exécutif. Voilà les raisons qui affaiblissent considérablement la légitimité de ce texte et font du recours au 49.3, un passage en force.

 


Objet : Violence et sectarisme pour le Maire de Saint-Etienne

Saint-Etienne, lundi 2 mai 2016.

 

Les Jeunes Socialistes de la Loire tiennent à dénoncer avec vigueur la brutalité et la violence des méthodes du Maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau.

 

En effet, après un début de Conseil Municipal mouvementé par un mouvement social dont les revendications, nobles et pertinentes n'ont pas été entendues par M. Perdriau, ce dernier a décidé brutalement de déloger le public composé de citoyens et de syndicalistes venus écouter les échanges qui allaient avoir lieu pendant cette séance du Conseil Municipal. Du jamais vu depuis l'époque de M. Dubanchet.

 

Nous réaffirmons notre soutien plein et entier au mouvement social en cours.

 

Prônant un huis-clos, il a fait intervenir les forces de l'ordre nationales ( qui avaient d'ailleurs peut-être autre chose à faire que de chasser des syndicalistes ) pour déloger le public. Plusieurs membres de notre mouvement ont été forcés de quitter la Mairie manu militari... alors que dans le même temps, les Jeunes Républicains ont pu rester pour assister à la suite du Conseil Municipal.

 

Ce soit-disant huis-clos est à l'image du Maire de Saint-Etienne : violent, brutal et sectaire.

 

Comme disait Isaac Asimov : " La violence est le dernier refuge de l'incompétence".


Rencontre - Débat 

Jeudi 21 avril 2016 - 18h30

 

En coopération avec les Jeunes de l'ADMD Association au Droit de Mourir dans la Dignité ), nous organisons le jeudi 21 avril une rencontre - débat autour du droit de mourir dans la dignité avec Jonathan MotheAnimateur Fédéral des Jeunes Socialistes de la Loire et Christophe MichelSecrétaire Général de l'ADMD & Co-responsable des Jeunes de l'ADMD.

Comme l'avait promis pendant l'élection présidentielle le candidat Hollande, il nous parait aujourd'hui indispensable de lancer un grand débat national autour de la promesse 21

Cette rencontre portera sur l'engagement des jeunes sur le droit de mourir dans la dignité ainsi que qur la présence de l'ADMD dans le débat pour une légalisation de l'euthanasie. La question du droit de mourir dans la dignité et de la fin de vie est au coeur du débat public mais aussi et surtout politique. 

 

 

Nous vous attendons pour venir débattre avec nous !

Un verre de l'amitié suivra cette rencontre.